!css

Récompense IFR - Un témoignage de la cohérence de la stratégie de la banque dans ses activités de marchés

Société Générale vient d’être désignée « Overall Derivatives House of the Year » pour la première fois par International Financial Review (IFR). Frank Drouet, Responsable des Activités de Marchés, revient sur la signification de cette distinction pour la banque.

Vous venez de recevoir un des prix les plus prestigieux d’IFR : « Overall Derivatives House of the Year 2016 ». À quoi est dû ce succès selon vous ?

Ce prix d’IFR est un grand honneur pour nous. Il récompense le travail et les progrès accomplis par les équipes de notre département Activités de Marchés et vient d'une publication qui fait autorité: c’est une des plus grandes distinctions du secteur.

Nous sommes très fiers, parce que cela revêt une signification particulière pour notre institution. La banque a commencé son parcours dans le domaine des dérivés en 1986, avec une équipe d’à peine cinq personnes, dans l'état d’esprit d'une start-up ; depuis, nous avons construit une plateforme qui ne cesse d'évoluer et d’être adaptée aux besoins de nos clients.

Ce prix est le résultat d'une vision de long terme. Il y a trente ans, Société Générale décidait de suivre une stratégie fondée sur la conviction que les dérivés allaient procurer de très nombreuses solutions à nos clients : ces produits allaient permettre d’être le plus personnalisé possible, et correspondaient à notre ambition de répondre aux problématiques de gestion des risques.

Durant ces trente ans, les conditions de marché ont fluctué, tout comme la concurrence et la réglementation, mais Société Générale n’a jamais cessé d’investir et d’innover dans le domaine des dérivés.

Aujourd'hui, nous récoltons les fruits de cet engagement. C’est un prix qui témoigne de la cohérence et de la constance de la stratégie de la banque dans ses activités de marché.

Vous mentionnez que Société Générale s’est lancée dans les dérivés il y a trente ans. Comment cet intérêt est-il venu ?

Nos premiers pas dans l’univers des dérivés ont été guidés par la volonté de créer des outils pour protéger les investisseurs et les grandes entreprises contre la volatilité et les mouvements des marchés. Au milieu des années 80, la banque a créé des équipes qui ont d’abord été dédiées aux dérivés sur taux de change, puis rapidement à toutes les classes d'actifs. Notre approche a toujours consisté à être teneur de marché, en fournissant toujours un prix à nos clients. Pendant toutes ces années, l’activité a aussi vu le développement de l’informatique, qui nous a permis de mieux gérer nos risques et ceux de nos clients en créant des portefeuilles globaux bénéficiant des différents flux de marchés.

Puis, en 1991, nous avons lancé nos premiers produits à capital protégé. Aujourd’hui, ce sont des produits ordinaires, mais à l’époque, il s’agissait d’une avancée. Pour la première fois, les investisseurs particuliers avaient la possibilité de bénéficier du potentiel de hausses des marchés actions sans risquer le capital initialement investi.

Quels moyens a-t-il fallu mobiliser pour transformer cette activité en une plateforme internationale de premier plan ?

C’est précisément parce que nous avons été continuellement impliqués et innovants que nous avons été capables de parvenir cette position.

Je me souviens de la création de Lyxor, la branche de gestion d’actifs de Société Générale, en 1998. Lyxor a rapidement commencé à proposer des comptes gérés puis a lancé son premier ETF (fonds indiciel coté) sur la Bourse de Paris en 2001. Les ETF étaient une véritable innovation à cette époque : en une seule transaction, les investisseurs pouvaient être exposés à toutes les composantes d'un indice ou d'un panier de produits. Aujourd'hui, Lyxor gère plus de 116.4 milliards d’euros  d’actifs dont 51 milliards d’euros d’ETF et constitue le troisième fournisseur d’ETF en Europe.

Avec fil du temps, nous avons aussi été capables de nous réinventer : en 2009, nous avons créé notre division Global Markets, qui nous a permis de mieux gérer nos risques, de développer de nouveaux produits comme les instruments hybrides et d’offrir des solutions d’investissement et de conseil sur toutes les classes d’actifs.

L’excellence de Société Générale en matière de dérivés a été reconnue pour la première fois il y a 15 ans avec un prix dédié notre franchise Dérivés actions. Mais aujourd’hui, le prix que nous venons de recevoir constitue un nouveau jalon car il atteste notre expertise dans toutes les classes d'actifs. C’est aussi grâce à ce modèle diversifié que nous avons su surmonter les crises économiques et les bouleversements des marchés ces dernières années.

Ce prix est-il important pour vos clients ?

D’une certaine manière, ce que nous faisons chaque jour est simple : nous accompagnons nos clients en élaborant des solutions qui répondent à leurs besoins de financement, de couverture et d’investissement. Tout tourne autour des clients !

Le prix de « Derivatives House of the Year » est la reconnaissance du fait que Société Générale est devenue un leader totalement intégré des dérivés à travers toutes les classes d'actifs. L'évolution la plus récente de notre plateforme a été l'intégration de Newedge en 2015 et le développement de notre activité Prime Services.

Nous voulons être la première banque que les entreprises appellent quand elles ont besoin d'un conseil sur des thématiques complexes. Afin d’atteindre cet objectif, nous nous servons de nos capacités pour élaborer des solutions innovantes, dans un environnement de marché en perpétuel changement.

Ce prix est un signe clair que nous adresse notre industrie et montre que nous allons dans la bonne direction. Je tiens à remercier tous nos clients pour leur confiance et à leur rappeler l’engagement des équipes pour leur donner accès au meilleur de notre franchise !

 

© SAATCHI & SAATCHI ADVERTISING
© illustration :Muriel Otelli